Bilan de la campagne oléicole 2019/2020

Avec la fermeture actuelle des pressoirs, l’institut italien ISMEA estime la production d’huile d’olive à près de 365’000 tonnes, soit 110% de plus que la campagne précédente et 13,7% de plus que les prévisions.

Production italienne d’huile d’olive de pression (tonnes)

Fonte: ISMEA su dati ISTAT fino al 2013; dal 2014 ISMEA su dati AGEA; *2019 Stima Ismea

Source: ISMEA selon les données ISTAT à fin 2013; depuis 2014 ISMEA selon les données AGEA; *2019 estimé Ismea

L’augmentation de la production s’est concentrée dans les régions du sud de l’Italie qui détiennent toujours la majeure partie de la production d’huile de la péninsule : Pouilles (+185,5%), Calabre (+283,7%), Sicile (+89,8%), alors que les régions centre et nord ont enregistré une baisse considérable.

Production italienne d’huile d’olive de pression (tonnes) – répartition par région

Fonte: Ismea su dati Agea dichiarazioni di produzione dei frantoi; *2019 stima Ismea al 15 marzo 2020
 2019*Var. % 19/18
 Piémont                      3-88,0%
 Lombardie                  123-91,7%
 Trentin-Haut Adige                    10-98,0%
 Vénétie                  321-91,2%
 Frioul Vénétie Julienne                    90-42,0%
 Ligurie              1.488-71,6%
 Émilie-Romagne                  785-37,6%
 Toscane              9.930-52,2%
 Ombrie              3.825-40,2%
 Marches              2.4249,2%
 Latium            10.85124,1%
 Abruzzes              8.93625,0%
 Molise              2.87720,3%
 Campanie            15.536129,3%
 Pouilles          208.755185,5%
 Basilicate              6.451412,0%
 Calabre            53.758283,7%
 Sicile            34.37389,8%
 Sardaigne              4.375163,4%
  ITALIE                           364.910   108,6%

Source: Ismea selon données Agea déclarées des producteurs d’huile d’olive; *2019 estimé Ismea du 15 mars 2020

Au niveau mondial, la production globale estimée est en recul par rapport à l’année précédente soit approximativement – 5%, principalement à cause de la faible production en Espagne qui, selon les estimations de Madrid devrait atterrir à 1’160’000 tonnes (-35% en comparaison avec la récolte précédente).

Production mondiale d’huile d’olive de pression (million de tonnes)

Fonte: ISMEA su dati COI e altre fonti
Source: ISMEA selon données COI et autres sources

Concernant les prix, le report de l’abondante production espagnole 2018/2019 a fortement impacté les tarifs à la baisse depuis déjà la fin de l’été. Suite à la bonne récolte du sud de l’Italie, le prix de l’huile italienne a également subi un redimensionnement des cotations, notamment depuis les années de pénurie 2018/2019.

Prix au niveau international de l’huile d’olive extra-vierge (euro/kg)

Fonte: ISMEA, prezzi alla produzione, Iva esclusa, franco partenza produttori

Source: ISMEA, prix à la production, exl.TVA, franco producteurs

Ci-dessous le rapport de l’institut italien ISMEA

« L’Ismea estime à environ 365’000 tonnes la production nationale d’huile d’olive en 2019, soit près du double de l’année de pénurie survenue en 2018. Une bonne année mais loin d’être abondante. En effet, sur les campagnes les plus récentes, la production avait dépassé les 400’000 tonnes en 2015 et 2017.

Les résultats de la production sont très partagés en Italie : au nord, de fortes diminutions dont certaines ont eu pour conséquence la remise à zéro des stocks, alors que les volumes incrémentaux se sont concentrés dans les régions du sud lesquelles ont doublé voire triplé les volumes manqués de la saison précédente.

Au niveau mondial, la récolte 2019/2020 est en recul (-5%) et connaît de fortes variations en fonctions des pays de l’UE et hors UE. Cet impact est majoritairement lié à la zone UE suite à une baisse importante de la récolte en Espagne, qui selon les dernières estimations de Madrid, devrait atteindre 1,16 million de tonnes (soit 35% de moins au global sur l’année).

En augmentation : la production de la Grèce malgré une croissance inférieure à celle estimée en début de récolte. Également en augmentation : les producteurs des pays “tiers” avec en tête 300’000 tonnes pour la Tunisie qui connaît une croissance de +150% par rapport à l’année précédente et la Turquie (+36%).

La faible disponibilité au niveau mondial n’a toutefois pas fait flamber les prix. En effet, l’abondance des stocks en début de récolte (notamment en Espagne), a permis de compenser la perte de volumes et donc de stabiliser les prix au niveau international.

Le même constat s’applique à l’Italie : l’abondance des stocks a tiré vers le bas les prix depuis juillet 2019 après une forte augmentation sur la période d’avril 2018 à juillet 2019 ».